Le rhume et la grippe en médecine chinoise

Le Traité de Maladies du Froid (1) est parmi les plus anciennes références médicales cliniques et l'un des principaux textes fondateurs de la Médecine chinoise. Nous en tirons la théorie des six couches, qui sert toujours à déterminer le traitement approprié des attaques externes et à identifier sa progression et sa gravité dans l'organisme.

Considérer le traitement d'une affection aussi banale que le rhume en acupuncture nous amène à ouvrir un chapitre passionnant de la médecine chinoise.

Nous vous invitons aussi à distinguer, au sein même de notre compréhension culturelle contemporaine de la médecine, le rhume de la grippe et les infections d’origine virale des infections bactériennes. Penchons-nous d'abord sur les énergies climatiques perverses telles que les concevaient déjà les anciens Chinois.

Devrais-je consulter un médecin?

Si vos symptômes persistent plus d'une semaine sans amélioration, il est possible que vous souffriez d'une infection bactérienne.

Par ailleurs, les symptômes qui persistent au-delà de deux semaines peuvent aussi être une infection bactérienne secondaire, comme une complication de la maladie virale.

Consultez un médecin avant de venir voir votre acupuncteur.

Zhang Zhong Jing et la théorie de l'invasion de Froid Pervers

Comme nous l’avons dit plus haut, nous ouvrons ici un chapitre passionnant de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC). Nous souhaitons présenter au public québécois un aperçu de ce que ces anciennes connaissances ont de particulier et de pertinent encore aujourd’hui. Tout en vous épargnant la revue exhaustive du contexte historique ayant mené à de telles avancées médicales, nous mettrons en valeur quelques points d’intérêt pour le lecteur non-initié.

Zhang Zhong Jing (150-219) est l’auteur du Shang Han Lun, le “traité des coups de froid”. Il y discute l’étiologie, le diagnostic, l’évolution et le traitement des maladies dues à des facteurs pathogènes d’origine externe. Le traité est considéré comme le premier ouvrage de médecine clinique et thérapeutique qui allie la théorie à la pratique, c’est-à-dire les doctrines classiques à la médecine des prescriptions, d’où son importance en médecine chinoise. Il est d’ailleurs l’un des classiques de médecine que tout étudiant de médecine en Chine doit parfaitement connaître.

La notoriété de cet ouvrage tient surtout « à son approche de chaque cas pathologique, à la finesse du diagnostic cherchant toujours à remonter à la cause fondamentale de la maladie et à dégager parmi un grand nombre de symptômes, dont certains ne sont habituellement pas pris en considération dans la médecine occidentale, celui qui est déterminant. »

Bien avant l’apparition du thermomètre, par exemple, on décrivait la fièvre comme étant “une sensation de corps chaud avec une aversion pour le froid”. L’aspect subjectif prenant ici une place plus importante dans le diagnostic, tandis que la mesure du thermomètre est objective. Dans les deux cas, l'observation peut mener à un traitement adéquat et efficace.

Zhang Zhong Jing est d’ailleurs généralement considéré comme le fondateur du diagnostic différentiel des syndromes de la médecine chinoise [Bian Zheng Lun Zhi], que l’on appelle au Québec “Bilan énergétique” afin d’éviter de confondre avec le diagnostic médical officiel. L’acupuncteur ou l’herboriste pratiquant de la tradition chinoise doit en effet déterminer le syndrome en cause et la cause de ce déséquilibre pour pouvoir appliquer le traitement adéquat.

 

 

 

Le traitement

Le Traité des maladies du Froid propose surtout des formules de plantes comme traitement. Des plantes réchauffantes (comme le gingembre et la cayenne) ou légèrement réchauffantes (comme la cannelle) seront de mise. Bien qu'il faille parfois rester chez soi pour se reposer et éviter de contaminer tout le monde, il convient de venir consulter votre acupuncteur si vous en êtes aux tout premiers stades de la maladie (si vous "couvez quelque chose") ou pour éviter que la maladie ne traîne et ne dégénère (surinfections ou pathogènes latents). Dans tous les cas, n'hésitez pas à venir nous rencontrer pour avoir l'avis de l'un de nos acupuncteurs!

 

Prenez rendez-vous!

Sources:

(1) Shang Han Lun, écrit au 3e siècle de notre ère par Zhang Zhongjing

(2) (Despeux, 1982, p. 34)., tel que cité dans

Buchillet Dominique, « La conception des maladies de tiédeur dans la médecine chinoise », Revue d'anthropologie des connaissances, 1/2010 (Vol 4, n° 1), p. 195-241.

Laissez un commentaire