Alimentation d’hiver et fertilité

Alimentation

Nous voici à l’approche de l’hiver et il convient d’adapter nos activités et notre alimentation à cette nouvelle saison.

Nous vous proposons cette semaine un texte portant sur la nutrition d’hiver et l’impact d’une telle alimentation sur la fertilité, toujours en prévision de la saison suivante, le doux printemps. Il s’agit du premier article dans notre série sur l’alimentation, n’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux pour la suite.

La fertilité, féminine ou masculine, est due à l’abondance de nos Essences. Les Essences sont ce que l’on a de plus précieux et nourricier en nous. C’est la quantité de nos Essences qui détermine notre longévité. Notre ADN, et tous les facteurs héréditaires, tous nos déterminismes physiques et notre tempérament innés en font partie. À un autre niveau, nos réserves de graisses et nos facultés mentales, notre concentration en font aussi partie. Il s’agit d’un trésor à protéger à travers un mode de vie sain qui respecte nos limites, notre intégrité. Voici quelques conseils qui touchent la gestion de l’énergie et la nutrition, qui sont en soi deux des cinq branches de la médecine traditionnelle chinoise.

Introspection

Nous vous invitons à profiter du momentum hivernal pour vous affirmer dans votre volonté de guérison. Des activités telles la méditation et le repos sont recommandées avant tout. En hiver, l’exercice doit être doux et lent. Un exercice qui combine à la fois mouvement et méditation est enseigné depuis des millénaires par les sages chinois pour cultiver la longévité, il s’agit du QiGong.  Si, partant, la motivation est basse, les premières étapes peuvent être difficiles, l’acupuncture peut alors aider à initier le mouvement.

À l’inverse, l’agitation mène à une déperdition des Essences et nous écarte de notre intégrité. Pour certains, ralentir ou se reposer ne fait tout simplement pas partie de la recette du succès… Mais quand vient le temps de penser au succès des démarches en fertilité, le sommeil devient un élément-clé.

Chaleur et mise en réserve

Une alimentation équilibrée est constituée d’aliments variés, frais et savoureux (sans additifs ou agents de conservation) quel l’on prend le temps de cuisiner et de savourer sans empressement et en bonne compagnie. Les aliments, les saveurs et la manière de les apprêter ont leur propre nature réchauffante ou rafraîchissante. En hiver, une alimentation réchauffante profitera à quiconque devient facilement frileux, ayant pieds et mains froids avec parfois même une sensation de léthargie ou un manque de motivation. La cuisson lente et la mastication sont des éléments clés d’une nutrition tonifiante et favorisant la mise en réserve des Essences. Évitez les produits laitiers en général et les aliments crus et froids pour optimiser la fonction digestive. Les anciens Chinois composaient leur repas en harmonisant les « 5 saveurs », associées aux 5 éléments. Par exemple, la saveur douce, que l’on retrouve dans les légumes racines et les céréales doit être la base du repas, mais il est important d’y ajouter un peu des saveurs amère (légumes verts feuillus) et piquante (oignons, ail, coriandre, échalottes…). Les salé est associé à l’élément Eau de la saison hivernale. C’est ainsi que le bouillon, salé avec modération, devient notre mode de cuisson privilégié.

Menu suggéré :

  • Eau chaude citronnée au lever
  • Gruau d’avoine cuit dans du lait de soya au déjeuner avec huile de coco, noix et fruits
  • Sandwich aux œufs ou au poulet pour dîner (ou les restants du souper de la veille à réchauffer…)
  • Fèves noires cuites dans un bouillon d’os au souper avec quinoa ou riz et légumes cuits à la vapeur ou au wok
  • tisane de gingembre ou de menthe après chaque repas

Bouillon post-menstruel (un classique chinois) :

  • Laisser mijoter plusieurs heures un poulet entier avec des carottes, des champignons, des échalotes, de la patate douce et quelques épices et herbes au goût, dont du gingembre.

 

Référence :

LYTTLETON, Jane. Treatment of Infertility with Chinese Medicine, Elsevier, Philadelphia, 2010

Laissez un commentaire